Aller au contenu principal
Document d'accompagnement - Proposition CCBF

 

Chers amis, adhérents, sympathisants de la CCBF

 

Depuis le 17 octobre plusieurs diocèses ont lancé la phase consultative du synode des évêques sur la synodalité en Église. La CCBF souhaite participer à cette démarche pour que tous les baptisés, quelles que soient leurs pratiques, puissent prendre la parole suivant la recommandation du Pape : « Tout le monde est protagoniste – Personne ne peut être considéré comme un simple figurant ». D’autre part, la CCBF souhaite faire remonter votre parole et vos propositions à la Conférence des évêques de France (CEF) et à Rome parallèlement à l’action des diocèses.

 

Le document joint comprend 4 chapitres pour vous accompagner dans cette démarche synodale. Vous pouvez, si besoin, le récupérer via le

site baptises.fr par le lien suivant : https://baptises.fr/sites/default/files/synode22/AccompagnementSynodeSurSynodalite.pdf

 

Une opportunité pour que les baptisé-e-s parlent aux baptisé-e-s et pas uniquement à leur institution et sa hiérarchie. La CCBF s’organise pour recueillir l’intégralité de vos paroles et propositions (Cf Fiche de restitution Chapitre 4 à renvoyer à ag@baptises.fr) pour les transmettre et aussi en faire une synthèse à vous communiquer en toute transparence. Cette fiche de restitution est accessible en format word via le site baptises.fr par le lien suivant : https://baptises.fr/sites/default/files/synode22/synode-fiche-de-restitution-v-finale.docx

 

Nous vous encourageons à utiliser ce support pour vous même et aussi pour engendrer des groupes de réflexions de tous types autour de vous sur cette démarche synodale.

 

Dans l’attente de vos retours et vous souhaitant créativité et inventivité en toute responsabilité, recevez l’amical soutien du CA de la DCBF.

 

Vianney Danet pour le bureau DCBF

­

­

­

 

Document d’accompagnement

pour une démarche synodale de tous les baptisé.e.s Proposition CCBF

Chapitre 1

Introduction 

Les enjeux 

Pour impliquer vraiment les baptisé.e.s dans la démarche synodale proposée par le Vatican et fondée sur un « Marcher ensemble », la CCBF vous propose un questionnement dérivé de celui du Vatican publié en septembre dans le Bollettino (bulletin du Vatican).

Il semble que, face ou à côté des démarches diocésaines qui peuvent vous être proposées, nous devions poser avant toute « marche » les enjeux de ce « Synode des évêques sur la synodalité » :

  • Dans cette phase consultative, c’est l’unique moment où nous baptisés pouvons avoir l’occasion de nous exprimer en grand nombre entre baptisés, pratiquants ou non, plus moins croyants.
  • Nous sommes conviés à mettre en place une démarche synodale qui a pour but d’impulser pour demain une Église qui fonctionne, et vit dans une démarche « synodale » permanente : par les baptisés pour l’annonce « de la bonne nouvelle » à tous
  • « Marcher ensemble » est le leitmotiv qui doit guider l’organisation des groupes, des débats et des restitutions. Cette attitude est primordiale. L’objectif ambitieux du « ensemble » permet à tout un chacun de s’exprimer, ce qui ajoute un devoir d’élargir « l’ensemble » très au-delà du cercle des pratiquants hebdomadaires et actifs à divers titres dans l’Église des paroisses ou des mouvements
  • « Marcher ensemble » c’est aussi choisir ensemble notre destination, notre itinéraire, la nature du parcours, décider de passer par la vallée ou par les cols, se mettre en accord sur les points de ravitaillement, les équipements. Autrement dit, il nous faut exercer en liberté et en responsabilité une autonomie en Église que nous ne sommes pas habitués à y vivre, et à laquelle nous n’avons été ni autorisés ni éduqués par l’Église.
  • Le pape nous a invités récemment à être créatifs et inventifs. La démarche synodale est une réelle opportunité. Car elle est un acte en soi et non un simple recueil de parole. Toute évolution, transformation passera par des actes : celui que nous ferons aujourd’hui, ceux que la hiérarchie de l’Église fera au-delà de l’écoute.
  • Dans cette démarche, la méthode compte autant que les paroles qui s’y exprimeront. Elle peut ainsi porter des paroles fortes qui seront constructives et porteront d’autant plus loin que nous respecterons le « marcher ensemble ». Le rapport de la CIASE nous a montré le chemin dans ce domaine par la méthodologie, l’analyse et les préconisations qu’il comporte.
  • L’écoute de nos paroles sans interprétation est essentielle, et ce que nous restituerons par écrit doit être repris et transmis tel quel par les diocèses à la CEF, puis à Rome. A nous d’être vigilant vis à vis des diocèses pour que tous les participants et baptisés aient un accès à l’ensemble des restitutions. Dans cet esprit, la CCBF met un service en place pour recueillir vos écrits et les transmettre à la Conférence des évêques de France (CEF) et éventuellement aux diocèses concernés si vous le souhaitez.

____________

Chapitre 2

Méthodologie de travail

Proposition de méthodologie

Il nous a semblé essentiel de suivre le canevas du Vatican qui segmente le sujet afin que nos propositions s’inscrivent dans la démarche globale du synode sur la synodalité. Mais comme le questionnaire du Vatican est dans un langage peu précis car utilisant des concepts non ou peu définis (où chacun peut y aller de son interprétation), une reformulation est proposée pour sortir des ambiguïtés.

  • La proposition de travail ci-après est donc organisée autour de la présentation proposée par le Vatican (texte en italique dans le chapitre 3), chaque item étant suivi d’une reformulation brève de la CCBF.
  • L’autonomie des groupes, limitée par le temps qui nous est donné, nous amène à vous recommander de ne choisir ensemble dans un groupe qu’un ou deux thèmes proposés par le Vatican (parmi les dix)
  • Nous proposons deux phases dans le déroulement des réunions de groupes :
    • A chaque groupe de définir et formuler une question sur chaque thème retenu, en s’inspirant éventuellement des exemples de questions explicatives de chaque thème du Bollettino. Ces questions sont essentiellement des questions ouvertes, c’est-à-dire à réponse libre. En effet des questions fermées ne permettraient pas de faire jaillir des idées novatrices.
    • L’échange pour un constat de la situation actuelle, et la formulation de propositions pour l’avenir.  Pour permettre l’exploitation des restitutions dans une synthèse, nous recommandons que pour le thème et la question que vous lui associez, les réponses portent sur :
      • Le constat de la situation actuelle que vous vivez
      • Pour demain vos propositions, et quelles actions ou organisations entreprendre pour réaliser une « marche ensemble » autour de la question posée ?
  • Rédaction de la fiche de restitution sur le modèle proposé ci-après (chapitre 4). Le but est de faciliter l’exploitation des constats et propositions. L’objectif essentiel du questionnaire n’est pas de peser par un résultat quantitatif (nombre de personnes qui ont répondu) mais davantage par voie qualitative, qui a du poids quel que soit le nombre de répondeurs, avec la mise en valeur d'un discours différent ou de concepts différents de l'approche officielle de l'Eglise et à partir des mots des gens ayant répondu.
  • Nous vous proposons donc la transmission à la CCBF de vos fiches sur une page A4 et au format Word pour pouvoir plus facilement en reprendre les données pour la synthèse, et au format PDF pour archivage et transmission à la CEF et à Rome des résultats in extenso. Vous pouvez également transmettre à l’évêché de votre diocèse si vous le souhaitez.
  • L’exploitation des fiches reçues à la CCBF est prévue par une personne tierce, sociologue compétent en dépouillements d’enquête. Pour permettre ce traitement des fiches et pouvoir en envoyer une synthèse en même temps que leur intégralité à la CEF fin janvier, l’envoi des fiches doit être fait pour fin décembre : à l’adresse ag@baptises.fr.
  • Pour une transparence des informations recueillies et de la synthèse, nous organiserons un « rendez-vous de la CCBF » via YouTube pour vous faire part du résultat de vos  travaux. Si cela est possible nous permettrons également un accès aux fiches reçues sur notre site. 

____________________

Document d’accompagnement pour une démarche synodale de tous les baptisé.e.s

Chapitre 3

Bulletin du Vatican, base de réflexion

Les questions du Vatican / Formulation CCBF

Bollettino Vatican

  • Une Église synodale, en annonçant l’Évangile, “ marche ensemble ” : comment ce “ marcher ensemble ” se réalise-t-il aujourd’hui dans votre Église particulière ?
  • Quels pas l’Esprit nous invite t-il à accomplir pour grandir dans notre “ marcher ensemble ” ?
  • A quelles expériences de votre Église particulière cette question fondamentale vous fait penser ?
  • Relire plus profondément ces expériences : quelles joies ont-elles provoquées ? Quelles difficultés et obstacles ont-elles rencontrés ? Quelles blessures ont-elles fait émerger ? Quelles intuitions ontelles suscitées ?
  • Comment résonne la voix de l’Esprit dans ces expériences « synodales » ? Qu’est-ce que l’Esprit est en train de nous demander aujourd’hui ? Quelles sont les points à confirmer, les changements à envisager, les nouveaux pas à franchir ? Où voyons-nous s’établir un consensus ? Quels chemins s’ouvrent pour notre Église particulière ?

CCBF - POUR UNE EGLISE SYNODALE : « MARCHER ENSEMBLE »

Le pape François a mis en route une démarche synodale. Le document proposé par le dicastère en charge s’adresse aux Eglises particulières (les évêchés) et aux Eglises locales (les paroisses), à l’échelle de l’Église universelle. En France, les assemblées paroissiales, se recrutent parmi les 6% au plus de catholiques pratiquants réguliers ou sont constituées des 2% au plus de catholiques pratiquants hebdomadaires qui ne sont pas représentatifs de l’ensemble des baptisé.e.s.

Il faut donc aller au-delà de ce petit cercle afin de fournir au Synode des évêques sur la synodalité des informations plus conformes aux réalités de l’Église-peuple-de-Dieu qui est en France.

Le pape François lui-même en convient dans son audience avec les chrétiens de Rome le 18 septembre 2021 : « Tout le monde est protagoniste », a répété le pape, insistant à plusieurs reprises : « Personne ne peut être considéré comme un simple figurant » (Céline Hoyeau, La Croix 19 sept 21)

Il convient donc que la gouvernance de la démarche synodale qui va être mise en place au niveau des diocèses, des paroisses et au-delà soit audacieuse pour solliciter et consulter tous les baptisé.e.s dans le respect de l’éthique et de la déontologie et cela au fil du processus.

Bollettino Vatican

I. LES COMPAGNONS DE VOYAGE Dans l’Église et dans la société, nous sommes sur la même route, côte à côte. Dans votre Église locale, quels sont ceux qui “ marchent ensemble ” ? Quand nous disons “ notre Église ”, qui en fait partie ? Qui nous demande de marcher ensemble ? Quels sont les compagnons de voyage avec qui nous cheminons, même en dehors du cercle ecclésial ? Quelles personnes ou quels groupes sont-ils laissés à la marge, expressément ou de fait

CCBF

La vraie question nous semble être d’abord de savoir ce que nous mettons sous le « marcher ensemble », employé dans le questionnaire du Vatican. 

Ceci peut être éclairé si nous avons une expérience concrète du « marcher ensemble » dans l’Église et dans la société

  • Quels sont aujourd’hui les compagnons de voyage ? 
  • Qui sont ceux avec qui nous voulons marcher demain en Église et dans la société ? Quelle place donner aux exclus ou invisibles ?

Bollettino Vatican

II. ÉCOUTER L’écoute est le premier pas, mais demande d’avoir l’esprit et le cœur ouverts, sans préjugés. Vers qui notre Église particulière a-t-elle “ un manque  d’écoute ” ? Comment les laïcs sont-ils écoutés, en particulier les jeunes et les femmes ? Comment intégrons-nous la contribution des personnes consacrées, hommes et femmes ? Quelle place occupe la voix des minorités, des marginaux et des exclus ? Parvenons-nous à identifier les préjugés et les stéréotypes qui font obstacles à notre écoute ? Comment écoutons-nous le contexte social et culturel dans lequel nous vivons ?

CCBF

Nous sommes interrogés sur qui écoute ?  qui est écouté ? 

Et demain qui devrait écouter ? Et aussi sur ce qui devrait favoriser l’écoute ?

Mais parler de l’écoute serait un leurre si cela ne se traduisait pas effectivement dans les faits.

La question nous semble porter aussi sur les modalités de restitution des idées et des propositions qui pourraient être faites par les baptisée.e.s pendant la démarche synodale afin que puisse être vérifié que les baptisés s’écoutent, sont ou ont été écoutés ?

Bollettino Vatican

III. PRENDRE LA PAROLE Tous sont invités à parler avec courage et parrhésie, c’est-à-dire en conjuguant liberté, vérité et charité. Comment favorisons-nous, au sein de la communauté et de ses divers organismes, un style de communication libre et authentique, sans duplicités ni opportunismes ? Et vis-à-vis de la société dont nous faisons partie ? Quand et comment réussissons-nous à dire ce qui nous tient à cœur ? Comment fonctionne le rapport avec le système des médias (pas seulement les médias catholiques) ? Qui parle au nom de la communauté chrétienne et comment ces personnes sont-elles choisies ?

CCBF

La question porte sur qui aujourd’hui prend la parole dans l’Église ? 

Qui d’autre pourrait (devrait ?) prendre la parole ? Selon quelles modalités ?

Cette démarche synodale nous donne l’occasion d’exercer les modalités de prise de parole que nous voulons pour aujourd’hui et pour demain, afin que les paroles de tous les baptisé-e-s puissent être entendues et prises en compte.

D’où la démarche d’accompagnement de la CCBF pour cette phase consultative du synode

 

Bollettino Vatican

IV. CÉLÉBRER “ Marcher ensemble ” n’est possible que si ce chemin repose sur l’écoute communautaire de la Parole et sur la célébration de l’Eucharistie. De quelle façon la prière et la célébration liturgique inspirent et orientent effectivement notre “ marcher  ensemble ” ? Comment est-ce que cela inspire les décisions les plus importantes ? Comment encourageons-nous la participation active de tous les fidèles à la liturgie et à l’exercice de la fonction de sanctification ? Quelle place est donnée à l’exercice des ministères du lectorat et de l’acolytat ?

CCBF

Les messes actuelles, dans la très grande majorité des cas, ne rassemblent pas les baptisé.e.s. En effet, il n’y a plus en France que 6% environ de catholiques qui vont à la messe au moins une fois par mois, et ce pourcentage ne cesse de diminuer. L’Église n’en demande pas aux baptisé.e.s les raisons. 

C‘est l’occasion de nous interroger sur nos célébrations. Qui célèbre ? Pour qui ? Et comment ? ¨Pourquoi certains ont-ils abandonné les célébrations ?

Que nous pourrions faire ensemble  pour que le « célébrer » soit signe d’un véritable « marcher ensemble » ? 

 

Bollettino Vatican

V. CORESPONSABLES DANS LA MISSION La synodalité est au service de la mission de l’Église, à

laquelle tous ses membres sont appelés à participer. Puisque nous sommes tous des disciples

missionnaires, de quelle manière chaque baptisé est-il convoqué à être un acteur de la mission ? Comment la communauté soutient-elle ses membres qui sont engagés dans un service au sein de la société (engagement social et politique, engagement dans la recherche scientifique et dans l’enseignement, au service de la promotion des droits humains et de la sauvegarde de la Maison commune, etc.) ? Comment la communauté aide-t-elle à vivre ces engagements dans une dynamique missionnaire ? Comment se fait le discernement concernant les choix missionnaires et qui y participe ? Comment ont été intégrées et adaptées les diverses traditions en matière de style synodal, qui constituent le patrimoine de nombreuses Églises, en particulier des Églises orientales, en vue d’un témoignage chrétien fécond ? Comment fonctionne la collaboration dans les territoires où sont présentes des Églises sui iuris différentes ?

CCBF

Quelle est la mission de l’Église aujourd’hui ? Nous savons que la majorité des français qui se déclarent catholiques (quand ils sont interrogés par sondage) sont des personnes qui ont reçu et  intégré dans leur vie, de riches et nobles valeurs humaines. Les baptisé.e.s, étant celles et ceux qui forment l’Eglise-peuple de Dieu, c’est  aux baptisé.e.s  de se poser la question de la mission , de l’exercice de la coresponsabilité et de la nature des communautés à faire vivre.

Que pourrait être la mission demain ?

Nous sentons-nous personnellement acteurs de la mission et comment ?

 

Bollettino Vatican

VI. DIALOGUER DANS L’ÉGLISE ET DANS LA SOCIÉTÉ Le dialogue est un chemin qui demande de la persévérance, et comporte aussi des moments de silences et de souffrances, mais qui est capable de recueillir l’expérience des personnes et des peuples. Quels sont les lieux et les modalités de dialogue au sein de notre Église particulière ? Comment sont gérées les divergences de vue, les conflits et les difficultés ? Comment encourageons-nous la collaboration avec les diocèses voisins, avec et entre les communautés religieuses présentes sur le territoire, avec et entre les associations et mouvements de laïcs, etc. ?

Quelles expériences de dialogue et d’engagement en commun mettons-nous en œuvre avec des croyants d’autres religions et avec ceux qui ne croient pas ? Comment l’Église dialogue-t-elle et apprend-elle d’autres instances de la société : le monde de la politique, de l’économie, de la culture, la société civile, les pauvres… ?

CCBF

Le point III PRENDRE LA PAROLE et le point II ECOUTER sont inséparables, et liés au dialogue. La question porte sur les lieux de dialogue à identifier ou à proposer, et avec qui ; afin que les baptisé.e.s puissent prendre  la parole et être  écoutés. Et ceci au sein de l’Eglise et comme au sein de la société civile,

 

Bollettino Vatican

VII. AVEC LES AUTRES CONFESSIONS CHRÉTIENNES Le dialogue entre chrétiens de diverses confessions, unis par un seul Baptême, occupe une place particulière sur le chemin synodal. Quelles relations entretenons-nous avec les frères et sœurs des autres confessions chrétiennes ? Quels domaines concernent-ils ? Quels fruits avons-nous recueillis de ce “ marcher ensemble ” ? Quelles difficultés aussi ?

CCBF

La question porte sur les lieux, les formes et les modalités de dialogue avec les autres confessions chrétiennes afin que tous les enfants de Dieu que nous sommes tous puissent vraiment « marcher ensemble ».

 

Bollettino Vatican

VIII. AUTORITÉ ET PARTICIPATION Une Église synodale est une Église de la participation et de la coresponsabilité. Comment sont définis les objectifs à poursuivre, la voie pour y parvenir et les pas à accomplir ? Comment est exercée l’autorité au sein de notre Église particulière ? Quelles sont les pratiques de travail en équipe et de coresponsabilité ? Comment sont encouragés les ministères laïcs et la prise de responsabilité de la part des fidèles ? Comment fonctionnent les organismes de synodalité au niveau de l’Église particulière ? Constituent-ils une expérience féconde ?

CCBF

L’Eglise a un fonctionnement pyramidal qui a produit un cléricalisme source de graves dysfonctionnements structurels (Cf le rapport Sauvé).

La question porte sur la coresponsabilité en Église. S’exerce-t-elle actuellement, et comment ? Comment doit-elle se construire pour contribuer au fonctionnement de l’Eglise-peuple de Dieu et à sa mission renouvelée (cf point V) dans une belle « marche ensemble » ?

 

Bollettino Vatican

 IX. DISCERNER ET DÉCIDER Dans un style synodal, les décisions sont prises via un processus de discernement, sur la base d’un consensus qui jaillit de l’obéissance commune à l’Esprit. Avec quelles procédures et avec quelles méthodes discernons-nous ensemble et prenons-nous des décisions ? Comment peuvent-elles être améliorées ? Comment favorisons-nous la participation de tous aux décisions au sein de communautés structurées d’une manière hiérarchique ? Comment conjuguons-nous la phase consultative et la phase délibérative, le processus menant à la prise de décision (decision-making) et le moment de la décision (decision-taking) ? De quelle façon et avec quels instruments encourageons-nous la transparence et la responsabilité (accountability) ?

CCBF

Si nous pensons que l’Esprit est à l’œuvre dans la démarche synodale, il se manifeste en chacun avec tout ce que cela comporte de surgissement d’idées et d’approches variées, à accueillir et discuter sans a priori. Le discernement et la décision peuvent alors s’opérer dans un cadre éthique et déontologique favorable en toute transparence.

La question est bien de progresser sur les modalités du discernement et de la décision. Comment ?

 

Bollettino Vatican

X. SE FORMER À LA SYNODALITÉ La spiritualité du marcher ensemble est appelée à devenir le principe éducatif de la formation humaine et chrétienne de la personne, la formation des familles et des communautés. Comment formons-nous les personnes, spécialement celles qui occupent des rôles de responsabilité à l’intérieur de la communauté chrétienne, pour les rendre davantage capables de “ marcher ensemble ”, de s’écouter mutuellement et de dialoguer ? Quelle formation au discernement et à l’exercice de l’autorité offrons-nous? Quels instruments nous aident-ils à lire les dynamiques de la culture dans laquelle nous sommes immergés et leur impact sur notre style d’Église ?

CCBF

Les baptisé.e.s ont leurs charismes propres et ont acquis depuis fort longtemps des compétences pour l’exercice de l’autorité, du discernement, du partage, du débat et de la responsabilité dans la vie de la cité, dans la société civile (entreprise, association...).

Nombre de baptisé.e.s ont aussi reçu des formations théologiques de haut niveau.

Ces baptisé.e.s déjà formés sont aptes et à même d’exercer des responsabilités dans l’Église et au sein des communautés chrétiennes (mandats à durées limitées, élections comme au temps de premiers chrétiens et cela pour toutes les missions). Dans ce contexte, de nombreux baptisé.e.s sont prêts à vivre sur le mode de la synodalité pour peu que le magistère n’ait pas peur

Le développement de la synodalité pourrait-il résulter de formations diverses, de réflexions communes sur la Bible, mais aussi d’échanges d’expériences entre baptisés, et entre communautés ?

______________________________

Démarche synodale consultative des baptisé-e-s

Chapitre 4

Fiche de restitution (/1 thème et 1 question)

Nature du groupe : (ex : paroisse, ...quartier, inter-village, ...équipe de conduite, équipe d’obsèques, ... mouvement, ...  groupe informel, personne seule ou couple, … )

……………………………………………………………... Diocèse de : …………………………………………………

Nombre de participants : ……….

Thème retenu (cf  entête des 10 points du chapitre 3 « Bollettino ») :

…………………………..

Question formulée par le groupe : ……………………………………………………….

…………………………………………………………………………….

Date de la réponse : …………………..              A retourner à la CCBF à l’adresse : ag@baptises.fr Constat sur la situation actuelle :

Propositions et pistes pour l’avenir :

Fichier(s)
Image